logo BISP langIn English

Faut-il être un enfant génial pour devenir bilingue ?


Mardi 19Septembre 2017

On l’entend souvent mais est-ce bien la vérité ? Quelle est cette aura mystérieuse qui entoure les enfants bilingues ? Qui n’a pas déjà ressenti ou constaté le respect et le décalage que l’on s’impose face à un enfant qui passe d’une langue à l’autre sans même s’en apercevoir ?

C’est devenu quasiment une excuse. Quand votre enfant rentre de l’école avec un 10/20 en anglais et que vous l’interrogez : « Qui a eu la meilleure note ? » et qu’il répond « Henry, mais il est bilingue en anglais ». Sauf que ce n’est pas seulement l’excuse de votre enfant, c’est aussi la vôtre. Car vous aussi, vous admettez mettre les gens bilingues sur un piédestal qui vous paraît bien éloigné de votre propre réalité. Comme si vous ne faisiez pas partie de la même catégorie d’êtres que ces gens polyglottes et finalement un peu surhommes.

Pourtant, il apparaît que vous vous trompez. Mais pas d’inquiétude, il s’agit là d’un « vous » général qui concerne la très grande majorité des gens.

Ces enfants étranges qui parlent parfaitement l’anglais et qui raflent les meilleures notes à l’école, pourraient en réalité être vos enfants.

« Mais ils parlent l’anglais avec leurs parents tous les jours depuis qu’ils sont nés ! »

En effet, la maison peut être un lieu d’apprentissage d’une langue, mais il y a d’autres endroits que les enfants fréquentent également au quotidien et durant de très longues plages horaires : l’école.

« Apprendre les langues à l’école, ça ne marche pas. Regardez les français : ils ne parlent pas un mot d’anglais et sont la preuve que l’on ne peut apprendre à parler correctement une langue à l’école avec un apprentissage traditionnel. »

Seulement, voilà. Toutes les écoles de France ne suivent pas nécessairement le programme du système éducatif français traditionnel. Il existe des écoles qui ont élaboré leur propre système avec leurs propres méthodes d’apprentissage. Les écoles situées à la frontière allemande ou suisse en constituent un très bon exemple. Dans ces régions frontalières, il n’existe pas une école qui ne dispense pas un enseignement bilingue à ces élèves. Car le bilinguisme est dans ces zones une nécessité bien comprise : les enfants seront eux-mêmes amenés à travailler de l’autre côté de la frontière un jour ou l’autre. D’autres pays ont bien compris la problématique du bilinguisme, souvent pour l’anglais, il s’agit notamment de Hong Kong ou encore Singapour, qui dispose de l’un des meilleurs systèmes éducatifs au monde d’après plusieurs tests mondialement reconnus. En France, il existe des écoles comme celles-ci, qui offrent dès le plus jeune âge un enseignement totalement bilingue qui leur permet de baigner autant dans la langue que s’ils la parlaient à la maison.