logo BISP langIn English

Actualités

Liste des actualités de notre école bilingue Internationale sur Paris.
Mardi 16Mai 2017

Devenir bilingue : une question de perception

L’apprentissage d’une seconde langue, à un niveau très poussé, n’est plus une simple question de travail et de mémorisation, il s’agit en réalité du cheminement d’un certain nombre d’automatismes amenant de nouvelles perceptions du monde. Les enfants, par leur fraicheur et leurs capacités intellectuelles, sont plus réceptifs et développent plus facilement de nouveaux automatismes.

Donner à l’apprentissage un sens

Tout jeune enfant est une éponge qui apprend par mimétisme, cet apprentissage doit avoir pour lui un sens précis afin que celui-ci s’inscrive dans la durée et crée des automatismes. Lorsqu’un couple monolingue décide d’introduire dans le foyer familial une deuxième langue dans l’espoir de rendre leur enfant bilingue, ce dernier doit comprendre de façon intuitive l’importance de cette nouvelle langue. Il doit alors intégrer que cette nouvelle langue est un moyen de communiquer avec ses parents mais aussi avec le monde extérieur.

L’apprentissage par immersion dispensé à l’école bilingue de Paris permet de renforcer cette acquisition d’automatismes. En étant totalement immergé dans une autre langue et une autre culture, l’enfant comprend très vite et intuitivement pourquoi il le fait. Il intègre ainsi ces changements comme étant « normaux ». C’est pourquoi, il aura une perception beaucoup plus fine des langues vivantes, des différentes grammaires, syntaxes et construction de phrases… L’enfant intègrera cela de façon naturelle comme s’il s’agissait de sa propre langue.

Lorsqu’un enfant apprend une langue dès son plus jeune âge, il capte dans le même temps les nuances et les variabilités de cette dernière. Avec l’enseignement par immersion, vous allez voir petit à petit votre enfant grandir et s’émanciper, le découvrant alors capable de s’adapter à n’importe quelle situation de communication, et de la mener à bien. Devenir bilingue va bien au delà de la langue, c’est aussi l’acquisition d’une gestuelle, une manière d’être.

Des perceptions bien au delà de la langue

Les personnes bilingues depuis leur plus jeune âge développent des capacités qui vont bien au delà d’une expression fluide dans une langue étrangère. Ces personnes développent en effet toutes une séries de capacité et de perceptions qui leur donnent une vision différente du monde. Une étude récente montre que les personnes bilingues appréhendent le temps différemment, à la fois en termes de volume ou de distance parcourue.

Le langage, et la culture qu’ils véhiculent jouent beaucoup dans nos perceptions, c’est ce qui provoque chez les bilingues une double perception de la durée selon qu’elle s’exprime plutôt dans une langue que dans une autre.La langue influence, nos perceptions, comme nos émotions. Les personnes bilingues seraient alors intellectuellement plus flexibles dans la mesure où elles passent autant d’une langue à une autre, qu’un mode de pensée à un autre. Elles développent ainsi une grande capacité à faire plusieurs choses à la fois.

Choisir pour votre enfant une éducation bilingue c’est lui permettre d’intégrer ses réflexes dès le plus jeune âge et de mettre en éveil ses sens et son intellect.


Jeudi 04Mai 2017

Maîtriser deux langues depuis le plus jeune âge


Maitriser deux langues depuis le plus jeune âge

L’Education bilingue suscite toujours beaucoup de questions. Est ce que cela ne vas pas être trop pour mon enfant ? Va-t-il réussir à assimiler deux langues à la fois ? Ne va-t-il pas perdre la maitrise de sa langue maternelle ? Autant de questions qui méritent des réponses.

Apprendre à L’École Bilingue de Paris

Pour l’École Bilingue de Paris, l’enseignement bilingue doit se faire dès le plus jeune âge et doit constituer un atout pour l’avenir de l’enfant. Une attention toute particulière est donc apportée à l’enseignement pour que celui-ci soit performant et de qualité. Plus une langue est apprise tôt,plus sa maîtrise sera grande.

Le corps enseignant a choisi de pratiquer l’apprentissage par l’immersion, la langue étrangère est donc le moyen d’apprentissage et non le sujet de l’enseignement. En s’éloignant du système académique classique, l’immersion linguistique permet une acquisition rapide créant des automatismes instantanés chez l’enfant qui pensera directement dans la langue étrangère.

À l’École Bilingue de Paris, aucune langue n’est privilégiée, autant d’énergie et d’attention sont accordées à l’une et l’autre. Un enfant ne parlant ni français ni anglais peut intégrer l’école et apprendra donc deux langues à la fois. Les enseignants sont très attentifs à l’intégration des élèves récemment arrivés dans un nouvel environnement linguistique et culturel.

Votre enfant va vous surprendre

Ne doutez pas des capacités d’adaptation et de mémorisation de votre enfant, son jeune âge lui permettra d’acquérir les bonnes aptitudes et habitudes linguistiques en seulement deux ans. De même, son accent sera bien meilleur si l’apprentissage se fait le plus tôt possible.

Apprendre une langue durant l’enfance favorise les connaissances interculturelles de votre enfant, lui donne une appréhension et une connaissance plus fine de la société et de ses besoins, et lui permet de développer une certaine aisance en matière de communication et d’ouverture aux autres.

Il ne faut pas craindre que votre enfant régresse dans les autres matières, car il sera toujours sollicité et en apprentissage permanent. Son éveil intellectuel le poussera à développer un goût certain du travail, et l’envie constante d’apprendre davantage. De plus, cette stimulation intellectuelle offerte par l’enseignement bilingue aide votre enfant à améliorer ses capacités cognitives.

Alors n’hésitez plus, l’enseignement bilingue ne sera que bénéfique pour votre enfant qui s’adaptera très vite aux exigences qui lui seront demandées.


Jeudi 04Mai 2017

Apprendre l’anglais en s’amusant

Dans un monde ultra-connecté, toujours en avance sur son temps, parler anglais n’est plus suffisant, il faut désormais être aussi fluide qu’un natif pour pouvoir faire la différence. L’assimilation d’une langue étrangère est plus facile et plus efficace si elle démarre dès le plus jeune âge.

L’anglais pour tous !

Offrir à votre enfant la chance d’être bilingue, c’est lui offrir les meilleures opportunités possibles pour son avenir, c’est lui consolider un socle culturel solide, mais c’est aussi lui faire gagner de nombreuses heures de travail lors de ses futures études.

L’anglais est aujourd’hui la langue la plus parlée au monde, en permettant à votre enfant d’être bilingue vous lui donnez l’accès à une multitude de contenus, une ouverture plus grande sur le monde et lui permettez de se consacrer, par la suite à l’apprentissage d’autres langues étrangères qui enrichiront ses compétences.

De plus, une éducation bilingue contribueà augmenter les capacités cognitives de votre enfant se traduisant par une aptitude à analyser les données plus rapidement, à passer d’un sujet à l’autre plus aisément, et à développer des capacités mémorielles spécifiques.

Forte de ces constats, BISP, l’École Bilingue de Paris propose une formule d’apprentissage singulière sur le créneau du mercredi afin de permettre à tous les enfants, même non scolarisés à l’école, d’apprendre l’anglais de la meilleure façon possible.

Apprendre en s’amusant : Le Club du mercredi

Le mercredi doit rester un moment de plaisir et d’amusement, une coupure de bien-être au milieu de la semaine, c’est pourquoi BISP a mis en place des activités ludiques mais surtout pédagogiques.

Les sessions du club du mercredi sont animées par des personnes bilingues dont l’anglais est la langue maternelle. À travers elles, vont avoir lieu des échanges culturels. Être bilingue signifie aussi maîtriser la culture du pays, son histoire et ses singularités. Il s’agit d’un atout majeur en matière d’enrichissement personnel ou encore d’interaction sociale. L’éducation bilingue aide votre enfant à penser autrement.

Avec ces ateliers, BISP et ses animateurs souhaitent mettre toute leur énergie au profit de l’éveil de la créativité de votre enfant. Les activités du mercredi visent à développer l’imagination, la confiance en soi et à acquérir de nouvelles compétences notamment linguistiques ainsi qu’une certaine aisance orale à travers le théâtre ou encore la musique. Les enfants peuvent ainsi directement mettre en pratique leurs leçons en utilisant directement l’anglais dans la réalisation de leurs activités.

Avec le « club du mercredi » vous offrez chaque semaine un nouveau voyage à votre enfant lors desquels il pourra se préparer à voguer sur son avenir.


Jeudi 04Mai 2017

Pourquoi les bilingues font-ils de bons musiciens?

Pourquoi les bilingues font de bons musiciens

On le savait déjà, l’apprentissage de plusieurs langues augmente les capacités cognitives. Mais pouvait-on imaginer que les jeunes enfants qui évoluent dans un environnement plurilinguistique (à l’école comme à la maison) sont plus susceptibles de développer leur oreille musicale que les autres ?

C’est pourtant ce qu’une récente étude (http://link.springer.com/article/10.1007/s10339-016-0780-7?wt_mc=Internal.Event.1.SEM.ArticleAuthorOnlineFirst) a démontré.

Liquan Liu et René Kager ont étudié quarante-deux jeunes enfants âgés de neuf mois et se sont aperçus que les nourrissons qui grandissaient dans un environnement bilingue pouvaient développer une plus grande sensibilité musicale. En effet, l’expérience a montré que ces derniers faisaient plus aisément la différence entre les deux notes de violon qu’on leur a fait écouter que leurs congénères.

D’autre part, il a été prouvé que les jeunes enfants habitués aux métriques complexes présentes dans les langues orientales telles que le chinois avaient plus de facilités à percevoir et assimiler la musique. Ceci s’explique par le fait que la musique et le langage ont des structures sonores traitées de la même manière par le cerveau, qui les analyse en fonction de leur timbre, de leur hauteur et de leur rythme. Les similitudes au niveau de la complexité des métriques (la musique revêtant le plus souvent une métrique ternaire) du langage et de la musique permettent ainsi une double progression dans ces deux domaines.

L’étude cherchait à démontrer que cette progression parallèle a également lieu lors d’un apprentissage de plusieurs langues. En effet, pour apprendre différentes langues, le cerveau va construire un système mental plus développé et plus complexe que pour une seule langue et où vont être stockées les sonorités entendues quotidiennement. Ce système d’informations va permettre aux enfants d’analyser avec une plus grande aisance les diverses sonorités constitutives de leur environnement.

Les enfants concernés par un apprentissage plurilinguistique seront donc plus à-même de distinguer les nuances dans les sonorités, qu’elles soient linguistiques ou musicales.

Finalement, les enfants bilingues auront plus de facilités pour apprendre la musique car leur cerveau aura déjà fait l’objet d’une gymnastique quotidienne intensive. En effet, ne pouvant « éteindre » une langue qu’ils connaissent le temps qu’ils en parlent une autre, les enfants bilingues seront constamment contraints de sélectionner leurs mots. Certains chercheurs extrapolent par ailleurs ces résultats et vont jusqu’à affirmer que les bilingues, grâce à leur entrainement, sont cognitivement plus efficaces, notamment sur le plan des fonctions exécutives.

Mais la musique n’est pas le seul domaine impacté par le bilinguisme, qui a des effets positifs sur différents domaines tels que : la flexibilité psychique (capacité d’adaptation à un nouvel environnement, à de nouvelles règles), la perception du détail (informations orales, écrites, visuelles…), l’interprétation, la communication, la capacité d’apprentissage, la mémoire…


Vendredi 17Mars 2017

Quels sont vraiment les bienfaits du bilinguisme sur la santé ?

Quels sont vraiment les bienfaits du bilinguisme sur la santé ?

On vante souvent les mérites du fait de savoir parler couramment une seconde langue, pour l’aisance et les avantages que l’on peut en tirer au cours de sa vie professionnelle. Mais cela résume-t-il vraiment tous les bienfaits que l’on peut en tirer ?

Méconnus, les effets du bilinguisme sur la santé sont pourtant bien réels et non sans conséquence sur la vie de tous les jours.

D’abord, de quelle santé parle-t-on ? S’agit-il de la santé physique ? De la santé mentale ? Du cerveau et de son fonctionnement ? Du bien-être ayant davantage trait à une forme psychologique ? La réponse est… De tous.

Le premier bienfait du bilinguisme et le plus aisément concevable est certainement celui du cerveau. Connaître une seconde langue aussi bien que sa propre langue maternelle rend… plus intelligent. En effet, à mesure que l’on s’habitue à passer d’une langue à l’autre, le cerveau devient de plus en plus flexible. Cette flexibilité se retrouve dans tous les domaines de réflexion que l’on peut avoir. Être bilingue rend le cerveau agile, rapide, efficace.

Mais ce n’est pas tout. L’amplification des capacités cognitives permises par le bilinguisme a également des répercussions sur le plus long terme. En effet, il a été prouvé que le bilinguisme retardait le déclin neurologique lié à l’âge, la gymnastique permise par le bilinguisme diminuant l’impact de la dégénérescence des cellules nerveuses. En bref, faire le choix de devenir bilingue, c’est faire le choix de vivre plus longtemps.

Enfin, le bilinguisme peut également avoir des conséquences d’un point de vue… Psychologique. En effet, les personnes qui parlent une seconde langue couramment pourront en attester : être bilingue, ce n’est pas seulement ‘parler’ dans une deuxième langue, c’est aussi ‘penser’ dans une autre langue. Or, dès lors que l’on connaît bien les systèmes grammaticaux de plusieurs langues, on s’aperçoit que les logiques peuvent être très différentes d’une langue à l’autre. Par exemple, on mettra toujours plus l’accent sur la personne (le sujet) en anglais tandis que le français insiste sur ses attributs : « la jupe d’Anna» // « Anna’s skirt ».

Quelles conséquences cela peut-il avoir ? Elles sont nombreuses. Tout d’abord, la simple compréhension de l’existence de conceptions différentes de la langue constitue une ouverture d’esprit pour la personne concernée.

Lorsqu’on pense dans une autre langue dont la logique est différente, on fait l’expérience d’une forme de créativité.

Penser différemment, c’est ainsi se donner la possibilité d’exprimer des idées neuves qui sont le fruit de la confrontation de plusieurs logiques distinctes.

En outre, la maitrise d’une autre langue peut vous faire voir la vie sous un autre angle.


Mardi 21Février 2017

5 façons d’apprendre l’anglais en s'amusant !

5 trucs pour apprendre l’anglais en s’amusant !

Apprendre l’anglais à un enfant peut constituer un obstacle. La démarche en effet peut être rébarbative. Hélas, lorsqu’on débute, il y a des passages obligatoires : l’apprentissage de la conjugaison, du vocabulaire, de la syntaxe… Ainsi, pour rendre ludique l’apprentissage d’une langue, nous pensons qu’il est nécessaire de mixer ces enseignements inévitables et éventuellement rébarbatifs avec des activités de groupes qui puissent plaire aux enfants. Découvrez nos astuces !

  • 1.Organiser des chasses aux trésors !

Les énigmes à résoudre permettent de toucher la langue, d’essayer de comprendre l’anglais. Cette technique est excellente pour réfléchir à comment dénouer les énigmes, et apprendre de nouveaux mots tout en jouant.

De plus, le gros avantage c’est que cet exercice requiert un cheminement d’esprit, une sorte de raisonnement intellectuel, nécessaire à la résolution d’énigmes : on apprendrait ainsi aux enfants à partir d’un point A pour arriver à un point B.

2. Organiser des devinettes !

Une autre technique ludique est de faire des jeux de mimes avec des mots. L’idée est de poser des questions pour découvrir l’identité d’un personnage, un nom de ville, ou un nom commun.

Cela implique de travailler à l’aide de tout un champ lexical à chaque partie et donc d’apprendre de nombreux mots par thématiques, de varier son vocabulaire sans la contrainte d’un apprentissage conventionnel.

3. Favoriser les activités en plein air !

Les activités en plein air favorisent les échanges, les interactions et améliorent la réflexion. Par exemple, au baseball, il faut réciter, une phrase dans la langue étrangère, pour terminer son parcours.

Cet exercice fait travailler la mémoire et apprend à maitriser la structure de la langue, car ces phrases sont souvent très élaborées. Ainsi, on peut stimuler la mémoire et l’intellect autour d’une activité sportive amusante et pratiquée en collectivité.

4. Chanter en anglais !

Cette méthode fait travailler les lyrics et la sonorité.

Objectif : écouter les paroles pour les restituer. Cela requiert de bien écouter la musique au préalable. C’est donc un travail de compréhension car seules les choses comprises seront énoncées. Cela permet d’apprendre du vocabulaire et d’assimiler les structures et la syntaxe de phrases énoncées en anglais.

La mélodie musicale rend agréable et ludique cet exercice d’apprentissage. C’est plus simple d’apprendre en chantant plutôt que de manière linéaire, comme on le ferait pour une poésie. Cela peut paraître évident mais quand vous écoutez une chanson à la radio ou sur votre lecteur de musique, il n’est pas toujours aisé de retranscrire des paroles au mot près. Cette technique fait donc appel à l’oreille et stimule la fonction sensorielle des enfants.

5. Cuisiner en anglais !

Pour finir, réaliser des recettes dans une langue étrangère peut être très efficace. A l’école ou à la maison, préparer des pâtisseries requiert un minimum de vocabulaire, notamment parce qu’il y a plusieurs étapes de réalisation.

Les recettes peuvent être extrêmement variées. Tout cela mis bout à bout permet un usage assez complet et varié de la langue dans un contexte d’amusement, récréatif, qui parlera davantage aux enfants plutôt que des cours sur la grammaire.

Ce côté pratique peut parfaitement s’adapter dans le cadre d’un programme plus théorique et même le soutenir, comme exercice d’application !


Mardi 21Février 2017

Devenir bilingue : 5 idées reçues !

Devenir bilingue : 5 idées reçues !

Une sorte de voile mystérieux entoure les personnes bilingues. Pour le commun des mortels, la faculté de parler si bien une seconde langue ne peut relever que du don. Mais pour les autres, est-ce possible de devenir bilingue ? Voici les 5 idées reçues les plus ancrées !

On entend ainsi souvent dire, à titre de justification, qu’un tel ou un tel est bilingue car « c’est sa seconde langue maternelle », ou encore que « sa mère est américaine », à tort.

Contrairement à ce que l’on croit, plus nombreuses sont les personnes qui sont devenues bilingues avec le temps que celles qui l’ont été de manière « innée ». En effet, pour devenir bilingue, plusieurs voies sont possibles.

1. Idée reçue : la famille aide à apprendre une langue ?

Contrairement à ce que l’on dit souvent, il n’est pas nécessaire de vivre aux côtés d’un parent anglophone pour apprendre l’anglais. Beaucoup de bilingues le sont devenus grâce à leur famille, mais aussi grâce à des voyages ou à un apprentissage de la langue intensif, continu et sur une longue période de temps.

Les avantages d’une éducation bilingue

2. Les exercices pratiques à l’école

Dans les écoles bilingues, est privilégié l’apprentissage de la langue grâce à des exercices pratiques, faisant référence au quotidien. Or ce sont bien ces mêmes exercices ancrés dans la vie réelle qui permettent aux enfants, dès leur plus jeune âge, d’apprendre une langue aisément.

En effet, et c’est encore plus vrai pour les jeunes enfants, la théorie seule ne peut suffire à l’apprentissage d’une langue. Pour ce faire, il faut une batterie d’exercices n’en ayant pas l’air : ludiques, crédibles, collectifs… L’objectif principal : favoriser l’interaction entre les enfants mais aussi avec leurs enseignants.

3. L’immersion dans le pays

Apprendre à parler une langue comme on parle sa propre langue maternelle, c’est avant tout une affaire d’habitudes. Ainsi, prendre cette bonne habitude de parler l’anglais requiert de le pratiquer tous les jours. C’est pourquoi dans les écoles bilingues les langues française et anglaise sont également considérées. Ainsi, tous les enfants sont amenés à parler autant le français que l’anglais durant chaque journée d’école.

Partir à l’étranger peut également favoriser l’apprentissage de la langue. Sans parler des apports sur la culture du pays concerné, tisser des liens sociaux avec des personnes anglophones peut constituer un avantage important pour apprendre une langue étrangère. Attention toutefois à ne pas toujours rester entre francophones, erreur que commettent autant les plus jeunes que les plus grands…

4. Les activités périscolaires en école bilingue

Les activités périscolaires peuvent également constituer une aubaine pour apprendre une langue. Le théâtre, le dessin… Quelle que soit l’activité, elle donnera à l’enfant une occasion de vivre, faire ses propres expériences, tisser des liens avec les autres dans une langue choisie.

Dans ce contexte, les enfants peuvent développer une sensibilité accrue à leur environnement ; ce n’est pas que scolaire.

5. Bilinguisme : résultats de plusieurs facteurs ?

Finalement, le bilinguisme est l’affaire de différents facteurs : l’environnement dans lequel l’enfant évolue à la maison, l’école et ses prédispositions à enseigner une seconde langue, la pratique quotidienne de la langue, et bien sûr les interactions avec autrui.

BisParis

Un centre d’apprentissage de langue étrangère de renommée !


Vendredi 02Décembre 2016

Les enfants bilingues sont-ils plus intelligents ?

<h1>Les enfants bilingues sont-ils vraiment plus intelligents ?</h1>

Être bilingue présente des avantages académiques, professionnels et sociaux qui ne font pas débat. Une question revient pourtant souvent et semble animer les conversations les plus vives. Les bilingues sont-ils oui ou non plus intelligents que les monolingues ?

<h2>Meilleurs pour résoudre certaines tâches logiques</h2>

Connaissez-vous ces fameux tests où la lecture de noms de couleurs rédigés dans une couleur autre que celle qu’il désigne provoque des difficultés certaines ? Une étude menée par les psychologues Ellen Bialystok et Michelle Martin-Rhee en 2004 suggère que les enfants bilingues sont plus efficaces dans l’exécution de tâches semblables, à savoir celles qui demandent de gérer des données conflictuelles. Il s’agissait d’associer ensemble des images par forme, mais dont les coloris différaient. Une mission relevée plus rapidement par les bilingues que les monolingues, là où ils obtenaient des résultats équivalents dès qu’était levé le paramètre de « contradiction visuelle ».

<h2>Plus concentrés</h2>

Plusieurs études de ce type indiquent que les bilingues ont des capacités supérieures pour faire abstraction de données parasites qui entravent la résolution d’une tâche mentale. Autrement dit, les bilingues semblent pouvoir rester plus concentrés lors du traitement de tâches mentales complexes.

<h2>Un apprentissage facilité</h2>

Avant de pouvoir eux-mêmes parler, les bébés qui évoluent dans un environnement bilingue semblent déjà bénéficier de certains avantages cognitifs. Une étude de l’Université de Washington à Seattle montre en effet que ces bébés présentent un meilleur développement de la partie du cerveau dédiée aux fonctions dites exécutives, qui comptent notamment l’apprentissage.

<h2>Une mémoire boostée</h2>

Les zones du cerveau dédiées aux fonctions exécutives sont aussi celles qui ont en charge la mémoire. Parmi les différents bénéfices cognitifs du bilinguisme ou d’un apprentissage dans un environnement bilingue impliqués par le développement accru de cette zone, les scientifiques s’accordent sur celui d’une meilleure mémoire de travail. Celle qui nous permet de retenir un numéro pendant que l’on entreprend d’autres tâches (se guider jusqu’au point de rendez-vous) et d’y revenir aisément par exemple.

Avec de plus grandes capacités à traiter les mises à jour des informations transitoires, les bilingues sont particulièrement bien armés pour faire face aux défis grandissants du multi-tasking !

Conclusion

De nombreux indices semblent suggérer un bénéfice net du bilinguisme en termes de traitement de certains types de tâches cognitives. Une idée encore confirmée récemment lors de l’extension de ce type d’études au domaine des maladies neurodégénératives. Il semblerait en effet que les personnes âgées bilingues soient mieux armées pour faire face à Alzheimer : plus le degré de bilinguisme était élevé, plus l’arrivée des premiers symptômes se faisait tardivement...


Jeudi 01Décembre 2016

Les avantages d’une éducation bilingue

Les plus gros avantages d’une éducation bilingue

Les écoles bilingues sont légion dans les pays présentant une forte diversité linguistique (États-Unis) ou plusieurs langues officielles (Finlande), mais elles sont également de plus en plus convoitées pour leurs vertus pédagogiques et académiques. Le point sur les premiers bénéfices d’un apprentissage bilingue.

Connaître deux cultures

On tend à se focaliser sur la maîtrise des langues, en oubliant parfois trop vite qu’une éducation bilingue apporte aussi la maîtrise de deux cultures. Un point non négligeable en matière d’enrichissement personnel et d’interactions sociales mais aussi sur le plan professionnel. L’intelligence interculturelle est une qualité qui a le vent en poupe !

Gagner plusieurs années d’étude

Certains étudiants vont passer par une licence de langue avant de rejoindre un cursus où il est nécessaire de maîtriser plusieurs langues (relations internationales par exemple). En avoir déjà deux à son actif peut donc représenter dans ce type de cas un gain de plusieurs années d’études.

Débuter sa vie professionnelle en partant de plus haut

Maîtriser deux langues, c’est déjà pouvoir endosser plus de fonctions puisque cela suppose de pouvoir prendre en charge celles qui requièrent l’usage de la langue A et celles qui requièrent l’usage de la langue B.

Que ce soit pour un premier stage à l’âge de 17 ans ou pour un emploi stable à 24, cela permet de débuter en accédant directement à des postes qui le demandent et qui ne sont par définitions jamais les plus bas dans la grille de l’entreprise (hormis dans les cas où le fait de parler deux langues est un prérequis pour toute l’entreprise).

Penser autrement

Le langage conditionne en partie les modalités de pensées. En ce sens, maîtriser deux langues représente un atout de taille pour aborder des situations et mener des réflexions de façon plus riche. « thinking outside the box » est une réalité bien plus abordable quand on est habitué à jongler entre plusieurs systèmes linguistiques !

Développer ses capacités cognitives

Nous avions détaillé dans un précédent article les raisons pour lesquelles une éducation bilingue peut contribuer à augmenter les capacités mentales d’un individu. Elle peut se traduire en effet par une capacité accrue à analyser les données efficacement, à manier simultanément plusieurs systèmes ou à passer de l’un à l’autre plus aisément et à développer certaines facultés mémorielles spécifiques.

Mieux gérer les situations conflictuelles

Non pas entre des individus, mais des situations dont la facilité d’interprétation est amoindrie par des données contradictoires ou contraires. Ainsi les enfants bilingues sont plus efficaces pour traiter les ambiguïtés, traiter simultanément plusieurs tâches ou devoir passer rapidement d’un ensemble de règles à un autre.


Lundi 03Octobre 2016

5 idées fausses sur le bilinguisme

5 idées fausses sur le bilinguisme

On l’envisage toujours comme une rareté. Pourtant le bilinguisme est très répandu : plus de la moitié de la population mondiale est concernée.

Et comme tout ce que l’on croit rare, le bilinguisme s’est vu attribuer quantité de mythes qu’il est parfois bien difficile de déraciner. A commencer par ces 5 idées reçues.

1. Il vaut mieux apprendre une langue puis l’autre.

Non. Une phase du développement implique bien un mélange à un certain moment, mais il est d’essence créative et non le résultat d’une confusion. Par la suite l’enfant saura ne pas mélanger les deux langues s’il est confronté à des situations bilingues ET des situations monolingues.

Les mélanges que l’on observe parfois chez les bilingues se font entre bilingues : c’est un mode de communication qu’ils partagent.

Pensez par exemple aux Québécois qui intègrent quantités d'éléments de l’anglais dans le français tout en ayant parfaitement intégré la différence entre les deux langues...

2. Le bilinguisme retarde l’apprentissage de la langue.

Voilà un mythe qui a la peau dure. Si on a longtemps cru que c’était le cas, la recherche a tranché : on ne met pas plus longtemps à apprendre à parler ou à écrire quand on est bilingue.

De la même manière, la proportion d’enfants dyslexiques est identique chez les bilingues et les monolingues.

3. Les bilingues ont tous appris deux langues dès l’enfance.

Ce n’est le cas que de certains bilingues. C’est la maîtrise de deux langues qui fait le bilingue, et non son environnement. Si certains le sont parce qu’ils ont été élevés par des parents parlant des langues différentes ou dans un pays où l’on ne pratiquait pas leur langue maternelle, il existe de nombreux autres cas de figure. Apprentissage puis spécialisation, séjours linguistiques multiples, école bilingue, etc.

On peut d’ailleurs parfaitement être bilingue et avoir un accent dans l’une des deux langues.

4. Quand on est bilingue, c’est pour la vie.

Faux. Car naturellement, une langue que l’on ne pratique pas est une langue que l’on perd. On peut donc être bilingue pendant une certaine période de sa vie, puis ne plus l’être. On peut aussi le redevenir ! C’est l’une des raisons pour lesquelles il est si difficile de savoir le nombre de bilingues dans le monde.

5. Les bilingues doivent maîtriser les deux langues à la perfection.

En réalité, non. Être bilingue, c’est savoir s’exprimer aisément dans deux langues différentes.

Cela ne suppose pas forcément d’être aussi à l’aise dans les deux, ni dans tous les domaines (thématiques professionnelles ou domestiques, etc.), ni même de savoir écrire dans les deux langues (pensez aux bilingues qui savent parler le mandarin, mais non l’écrire...).